Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Retour à confesse ! ...

    francois-a-confesse.jpgLes confessionnaux tournent actuellement à plein régime. Les catholiques sont traditionnellement nombreux à se faire pardonner au moment de Noël. Mais cette année, cette période coïncide avec le Jubilé de la miséricorde, douze mois sous le signe de l'absolution lancés le 8 décembre par le pape François. Faute de registre spécifique, impossible de savoir si les aveux murmurés aux oreilles des curés sont clairement en hausse au XXIe siècle. Ce qui est sûr, c'est que la pratique de la confession se renouvelle.

    « Il y a un regain chez les jeunes, à mettre en parallèle avec le succès des Journées mondiales de la jeunesse depuis une vingtaine d'années. Les fidèles ont pris l'habitude de s'y confesser. Autrefois ? L'approche était formaliste et moralisatrice. Certains fidèles ont été écœurés. Il y a eu une certaine désaffection mais les temps ont changé », analyse Bénédicte Drouin, rédactrice en chef du site Famillechrétienne.fr.

    Cette pratique est devenue moins moralisatrice, plus spirituelle. « Elle a gagné en qualité. Je vois des fidèles qui viennent se confesser tout au long de l'année parce qu'ils veulent donner plus de sens à leur vie », observe Denis Lecompte, curé dans le diocèse de Cambrai (Nord). « Notre société est écrasée par le sentiment de culpabilité, avec une espèce de difficulté à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. Le sacrement de réconciliation est alors un moyen d'évacuer ces culpabilités qui peuvent être morbides », analyse Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF).

    Les offenses dévoilées sont le plus souvent celles qui existent depuis la nuit des temps. « Pour la plupart des cas, c'est un manque de prière, une dispute familiale, une colère, une critique. Et chez les enfants, c'est la désobéissance », résume Philippe Vigneron, qui officie dans le Xe arrondissement à Paris.

    Certains péchés ont tout de même évolué en même temps que la société. « Tout ce qui concerne le lit conjugal mais aussi les relations sexuelles avant le mariage est moins présent. Le code moral a bougé », souligne le père Denis Lecompte. A l'inverse, d'autres fautes ont fait leur apparition dans son confessionnal, comme ces « impôts qui n'ont pas été totalement déclarés ». Christian Lancrey-Javal, curé à Notre-Dame-de-Compassion à Paris (XVIIe), absout aussi des « péchés contemporains » à l'instar des « problèmes de fidélité, du vagabondage sur Internet et de la pornographie en ligne », sans oublier « les excès de vitesse et la délinquance routière ». A chaque péché sa pénitence, « un acte correspondant à la gravité de ce qui a été fait » : « C'est par exemple un petit pèlerinage urbain, une visite à la cathédrale. » Dans sa carrière de confesseur, il est aussi arrivé au père Christian de croiser « des assassins en liberté ». « Je leur ai demandé : Est-ce que vous avez pensé à la justice des hommes, à la famille des victimes... » Jamais il ne les a dénoncés, respectant à la lettre le secret absolu de la confession. « Là-dessus, je n'ai aucun état d'âme, même pour des horreurs. »

    Le pape aussi passe aux aveux

     

    Pour les 1,2 milliard de fidèles de la planète, l'exemple vient d'en haut. Le pape François se confesse tous les quinze jours auprès d'un prêtre. « Je suis pécheur, je me sens pécheur. Dieu m'a regardé avec miséricorde et m'a pardonné. Aujourd'hui encore, je commets des erreurs et des péchés », a confié Jorge Bergoglio dans la revue officielle du Jubilé de la miséricorde. Depuis son élection, il ne cesse d'inviter les pénitents à se libérer de leur fardeau, répétant qu'« il ne faut pas avoir peur de la confession ». « C'est vrai que, quand on va au confessionnal, on ressent un peu de honte. Mais on n'y rencontre pas un jugement sévère, mais le Père, immensément miséricordieux. N'oublions jamais qu'il n'existe aucun péché que Dieu ne puisse pardonner ! » Les évêques et les prêtres, aussi, passent au confessionnal. Le père Philippe Vigneron, qui officie à Paris (Xe), avoue ses péchés, comme François, toutes les deux semaines. Il le fait auprès de son père spirituel, un ami prêtre. Les évêques ne sont pas autorisés à donner le sacrement de réconciliation aux prêtres sous leurs ordres puisque, même s'ils sont tenus par le secret de la confession, les péchés qu'on leur a avoués pourraient influencer leur décision lors des nominations.

     

    Source : Le Parisien

     

    Ce qui signifie tout simplement que les psy' sont en perte de vitesse. Il en sera de même pour facebook sur lequel il est raconté tout et n'importe quoi.

    L'homme a besoin de s'épancher ! 

  • bilan de fin d'année

    Et voilà ! … 2015 vit ses derniers jours. L'année ne fut pas fameuse, encadrée par deux attentats. Il faut assumer le monde dans lequel on vit puisque volontairement ou non, nous l'avons construit … Par imprévoyance, la plupart du temps, par égoïsme aussi en refusant de voir tout ce qui ne nous touche pas directement.

     

    Nous déplorons certes, le conflit israélo-arabe et toutes ses conséquences mais que faisons nous pour y mettre fin ? Pourtant le principe d'ingérence est bien souvent le nôtre, quand ça nous arrange bien sûr ! Là, nous préférons fermer les yeux et hypocritement déplorer. Pouvons nous ensuite nous étonner quand nous bénéficions de quelques retombées ? En ce monde et plus que jamais : tout est lié.

     

    Chaque année nous souhaitons que la suivante soit meilleure que la précédente et pourtant nous nous enfonçons un peu plus chaque fois. Vous avouerai-je que mes espoirs se situent à l'Est, en direction de ce Poutine tant conspué mais c'est l'un des derniers sinon le seul chef d'Etat digne de ce nom. Les autres ne sont que les valets du libéralisme (terme politiquement correct pour désigner un capitalisme omniprésent)

     

    Une chape de plomb nous est tombée dessus et s'alourdit de jour en jour … C'est à peine si nous avons encore la possibilité d'exprimer une pensée originale. Non ! puisque tout a déjà été dit - il y a bien longtemps - mais force est de reconnaître que pour préserver notre sécurité (sic) nos libertés s'amenuisent comme peau de chagrin.

     

    Restent les souhaits, voeux pieux diront certains. Hollande nous promettait du rêve et n'a apporté qu'un flot ininterrompu de déconvenues. Avec ce petit bonhomme rondouillard, La Gauche a perdu son âme. Nos espoirs ont suivi la courbe descendante de ses yeux. Vous avez remarqué que si on les rapproche ils forment un parfait accent circonflexe. Son regard a la forme d'un toit en pays pluvieux. Comment rêver de jours ensoleillés avec lui ?

     

    regard-tombant.jpg

     

    Pourtant n'en doutons pas, son gouvernement a tout intérêt à essayer de remonter la pente en 2016 s'il veut avoir une petite chance de repasser en 2017. Or il ne pense qu'à cela ! Et pas seulement en se rasant le matin mais en permanence.

     

    Je vous le dit tout net, ce sera sans moi car le cocuage n'est pas mon fait et si certains s'y complaisent, je n'en suis pas.

     

    S.@