Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Film

  • Une jeunesse allemande documentaire franco-germano-suisse de Jean-Gabriel Périot

    aff.film.jpg

     

    De toute évidence, j'attendais trop de ce film qui n'est en fait qu'un collage d'images d'archives mises bout à bout. Pour ceux qui n'ont pas vécu cette époque, évidemment c'est intéressant, pour les autres, cela risque d'être souvent ennuyeux. 

     

    La violence, nous y sommes immergés ce à un point tel que nous nous empressons d'oublier les images que la télé nous diffuse à longueur de journaux relatant des faits survenus ici ou ailleurs. Pourtant, elle a toujours existé, de tout temps ! 

    Or un phénomène sans précédent se produit actuellement : nous avons cessé d'être réactifs. Tout simplement parce que nous avons perdu la faculté de nous indigner. Trop d'images tuent l'image et ceux qui ne croient plus en rien ne peuvent plus rien faire.

     

    Nous assistons donc impuissants à la violence des autres que nous ne comprenons pas bien sûr. On ne comprend jamais ceux qui sont différents.

     

    A la dangereuse idéologie politique a succédé une idéologie religieuse que nous n'avons pas vue venir … Certains étaient persuadés que les religions vivaient leurs derniers instants, que les êtres humains s'en étaient dégagés. Quelle grave erreur ! 

     

    Refaire le monde : but de tous les révolutionnaires. On ne refait jamais rien sinon de façon répétitive mais pour constater cela encore faut-il avoir une certaine connaissance de l'histoire du monde. 

     

    Le but d'un Etat est de rester en place, pour cela il lui faudra toujours une police, une armée afin de le préserver. Brigades Rouges, Action directe, bande à Baader ont joué au classique petit jeu du pot de terre contre le pot de fer. Comment s'étonner de l'issue finale ? Peut-on légitimer le crime qu'il soit privé ou d'Etat ?

     

    En sortant de la séance, deux messieurs me précédaient et j'entendis l'un d'eux prononcer la phrase suivante : " ils nous montrent ce qu'il ne faut pas faire mais ne disent pas ce qu'il convient de faire " - Et oui, éternel problème ... 

     

    J'ai quand même eu le plaisir de revoir Fassbinder dans un court extrait, c'est toujours ça, sinon j'aurais eu l'impression d'avoir perdu mon temps. Beaucoup d'articles lus ça et là, disent le contraire. Libre à eux ! 

     

    S. @

    Une jeunesse allemande_modifié-1.jpg

    Petit rappel,

     article-28081894.html